Idées de sorties vélo pour l’automne

shutterstock_129139109

Avant de ranger votre vélo au garage, il reste encore un peu de temps pour rouler et apprécier la flamboyance des couleurs automnales. Voici quelques idées de sorties suggérées par le site Espaces.ca, pour tous ceux en quête d’une ultime balade.

MONTRÉAL

Camillien-Houde

Un classique incontournable à Montréal qui permet de se mettre rapidement en mode « Tour de France ». Le départ se fait au pied de la colline, au bout de la rue Mont-Royal. Vous ne pourrez pas manquer de voir l’invitante pente de la rue Camillien-Houde. Vous pourrez prendre une pause de l’autre côté de la montagne lors de la descente par le chemin de la Côte-des-Neiges avant de remonter derrière l’Université de Montréal par le chemin de la Polytechnique. Le retour au point de départ par le boulevard Édouard-Montpetit permet de boucler un bel effort. À titre de référence, les athlètes du ProTour complètent un circuit presque similaire 17 fois!
Distance : 10 km
Temps estimé : environ 15 minutes
Difficulté : moyenne à élevée (selon le nombre de montées!)

De Dorval à Chambly

Voici une belle sortie de 110 kilomètres aller/retour, intégralement sur piste cyclable sur le réseau de la Route Verte (numéro 1). Au départ de Dorval, vous traverserez Montréal via le canal Lachine pour rejoindre les bords du Saint-Laurent. Passage par le pont Jacques-Cartier ou l’île Sainte-Hélène, avec de petites montées. Enfin sur la Route Verte 1, vous traverserez Longueuil et Saint-Hubert sur la plaine de la Montérégie, avec ses nombreux secteurs boisés, toujours agréable par une belle journée ensoleillée.
Distance : 110 km aller/retour
Temps estimé : environ 7 heures
Difficulté : élevée

Sortie proposée par le Club Vélo de Dorval • clubvelodorval.org

La pointe est de Laval

Cette boucle de 60 kilomètres, sans dénivelés insurmontables, vous fera traverser Montréal du sud au nord par la rue Saint-Denis, traverser la rivière des Prairies via le pont Viau pour vous emmener à la pointe est de l’île de Laval par la piste du boulevard Lévesque Est. Au bout de l’île, faites demi-tour pour boucler les derniers 30 kilomètres, ou dirigez-vous ensuite vers l’ouest, sur le boulevard des Mille-Îles, pour rallonger votre sortie de 15 kilomètres. Vous retomberez sur vos traces en quittant le boulevard des Mille-Îles pour le boulevard Sainte-Marie, puis la montée Saint-François.
Distance : 60 km, avec possibilité de 15 km additionnels
Temps estimé : entre 3 et 4 heures
Difficulté : facile à moyenne

Sortie proposée sur le site internet du Club Cycliste Cycle Pop Vélo Dorval • club.cyclepop.ca

Pour plus de circuits et d’idées sorties, visiter le site d’ Espaces.ca en cliquant ici

Vivez entre luxe et nature avec le glamping

Capture d’écran 2014-09-17 à 02.35.04 PM

Mathieu Dupuis | © Sépaq

On connaissait le camping, voici maintenant le glamping, contraction des mots «glamour» et «camping». Depuis 2007, le glamping fait partie des hébergements touristiques insolites en vogue.

Vous logerez ainsi dans des hébergements atypiques, en contact avec la nature, mais complètement connecté aux technologies modernes. Que ce soit dans une cabane au sommet d’un arbre, dans un tipi en bord de rivière ou une roulotte en forêt, le confort sera toujours au rendez-vous!

Tenté? Voici les adresses indispensables pour vivre cette expérience au Québec:

SEPAQ : Offre dans ses parcs des formules «prêt à camper» où vous pourrez loger dans des tentes Hékipia et Huttopia, des yourtes ou des chalets EXP.

Parcs Canada: Passez une ou plusieurs nuits dans une des oTENTik, à mi-chemin entre la tente et le chalet rustique.

Glamping Hub: Un répertoire utile des offres de glamping au Québec et au Canada.

Glamping Parc – Rivière Métabetchouane: Offre des yourtes et des tipis pour une expérience de galmping 4 saisons.

Faire le tour du monde…sans un sou!

Le Strasbourgeois Muammer Yilmaz (à gauche) et son ami berlinois Milan Bihlmann démarrent un tour du monde en 80 jours et sans argent

Voici Muammer, un cinéphile et vidéaste, et Milan, un couch-surfer professionnel, proviennant respectivement de Strasbourg et Berlin.  Ces deux jeunes hommes sont partis ce matin faire le tour du monde en 80 jours. Leur défi: voyager sans argent. Les deux aventuriers tenteront de se loger, se déplacer et se nourrir en comptant seulement sur la bonté des gens qu’ils rencontreront.

Le départ s’est fait au pied de la Tour Eiffel à Paris, en direction d’Istanbul. Le périple se continura par la traversée de l’Iran, du Pakistan, de l’Inde et de Singapour. Les deux hommes traverseront l’océan pour se rendre jusqu’au États-Unis, avant de rejoindre l’Europe.

On suit leurs aventures sur leur blogue >> ici, leur page Facebook >>ici, ou sur Youtube >>ici 

Faire le tour des États-Unis en auto-stop

Son rêve? Faire le tour des États-Unis en auto-stop pendant un an.

Le jeune voyageur Benjamin Jenks a parcouru 5000 kilomètres et rencontré plus de 930 personnes lors de son périple. Il a entre autre visité la Californie, l’Arizona, le Texas, la Nouvelle-Orléans et le Mississipi.

Et vous, quel serait votre voyage de rêve?

I Love People: 5,000 Miles, 930 People, 162 Seconds from Benjamin Jenks on Vimeo.

Faire le tour du monde pour résoudre un Rubik’s Cube

Nuseir Yassin, un finissant de Harvard, a décidé de voyager dans onze pays afin de faire résoudre un Rubik’s Cube à des inconnus croisés durant son périple.

Du Sri Lanka au Royaume-Uni en passant par la Thaïlande ou le Cambodge, ce n’est pas moins de 84 personnes qui s’y sont collés en ayant le droit de n’exécuter qu’un seul mouvement à chaque fois.
Voilà une idée de vidéo très originale!

Deux artistes imaginent le monde après l’Apocalypse

John Walters et Peter Baustdaeter, deux artistes néo-zélandais se sont inspirés d’un jeu vidéo pour imaginer de grandes villes du monde après un cataclysme.

Des images incroyables issues d’imaginations débordantes!

AMSTERDAM

amsterdam

amsterdam2

BERLIN

berlin

MADRID

madrid

OSLO

oslo

STOCKHOLM

Stockholm

(Découvrez tout le travail de John Walters et Peter Baustdaeter sur leur site)

Ne sortez jamais avec une fille qui voyage…

fille plage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adi Zarsadias, blogueuse et globe-trotteuse, nous le dit dans son dernier article: il ne faut JAMAIS sortir avec une fille qui voyage! Voici pourquoi:

Ne sortez jamais avec une fille qui voyage. Elle est difficile à séduire. Le rendez-vous habituel ciné-resto va la blazer au point de la tuer à petit feu. Ce qu’elle désire le plus au monde se sont des nouvelles aventures et de nouvelles expériences. Votre nouvelle voiture et votre grosse montre, elle s’en tape… ce n’est pas ça qui l’impressionne. Elle préfère de loin escalader une falaise ou sauter d’un avion, que de vous entendre vous emballer pour des choses matérielles.

Ne sortez jamais avec une fille qui voyage parce qu’elle va vous énerver pour réserver un billet d’avion à chaque fois qu’elle tombe sur un deal de fou. Elle n’ira pas faire la fête au New City Gas et encore moins payer 100$ pour aller voir Avicii. Elle sais très bien qu’un weekend de débauche à faire la fête est l’équivalent d’une semaine dans un endroit tellement plus excitant.

Il y a de grosses chances qu’elle ne soit pas capable de garder un job pendant trop longtemps. Ou bien qu’elle passe son temps à rêver à la meilleure façon de démissionner. Pourquoi est-ce qu’elle se démènerait comme une folle pour permettre à un autre de réaliser ses rêves. Elle a, elle aussi, ses propres rêves et travaille fort pour les réaliser. C’est une pigiste. Elle fait du design, écrit, photographie ou fait un tout autre métier qui demande de la créativité et de l’imagination pour gagner sa vie. Ne lui faites surtout pas perdre son temps à vous écouter vous morfondre sur votre paye.

Ne sortez jamais avec une fille qui voyage. Elle a probablement gaspillé son bac et a carrément changé de carrière. Elle enseigne maintenant la plongée sous-marine ou est devenue prof de yoga. Elle n’est pas certaine de quand elle va recevoir son prochain chèque de paye. Sauf qu’elle ne veut surtout pas travailler comme un robot tous les jours. Elle prend ce que la vie a à lui offrir et vous mets au défi de faire pareil.

Ne sortez jamais avec une fille qui voyage, car elle a choisi un mode de vie basé sur l’incertitude. Oubliez les projets ou le fait d’avoir une adresse permanente. Elle va avec le « flow » et suit son coeur. Elle dance à son propre rythme. Elle ne porte pas de montre. Le cycle de ses journées est établi par le soleil et la lune. Quand l’appel des vagues se fait entendre, la vie autour d’elle s’arrête et elle devient insouciante de tout ce qui l’entoure. Par-contre, elle a appris que la chose la plus importe au monde n’est pas uniquement le surf…

Ne sortez jamais avec une fille qui voyage parce qu’elle a tendance à faire savoir sa manière de penser. Elle n’essayera jamais d’impressionner vos parents ou vos amis. Elle comprend la notion de respect, mais ne se gênera pas pour donner son opinion sur des sujets d’actualités mondiaux ou de responsabilité sociale.

Elle n’aura jamais besoin de vous. Elle sait comment monter une tente et comment installer ses fins sur son board sans ton aide. Elle cuisine bien et n’a pas besoin que vous payiez pour elle au resto. Elle est trop indépendante. Elle se fout un peu de si tu vas l’accompagner ou non dans ses voyages. Elle va oublier de vous avertir lorsqu’elle vient d’arriver à une nouvelle destination. Elle est trop occupée à vivre le moment présent. Elle parle aux inconnus. Elle fera la rencontre de plein de gens intéressants de partout dans le monde, qui pensent comme elle et qui partagent ses passions et ses rêves. Elle va s’emmerder avec vous.

Alors, ne sortez jamais avec une fille qui voyage à moins d’être capable de la suivre (dans tous les sens). Et si, sans le vouloir, vous tombez amoureux avec cette fille, ne la retenez surtout pas auprès de vous. Laissez la partir.

(Article publié sous le titre « Don’t date a girl who travels » et traduit de l’anglais par Safia Dodard de nomadjunkies)

Le siège préféré dans un avion

Le site Skyscanner a dévoilé les résultats de son sondage sur les préférences des voyageurs en matière de siège pendant le vol.

On apprend dans cette enquête que le siège préféré des voyageurs est le…6A!
On y découvre également que près de la moitié des passagers interrogés préfèrent occuper un siège parmi les 6 premières rangées de l’avion ou encore que 60% d’entre eux préfèrent un siège côté hublot.

A contrario, le siège le moins désiré est le 31E. Situé de manière générale à l’arrière de l’appareil, il s’agit d’un siège en milieu de rangée.
Bien évidemment, ces résultats sont subjectifs puisque chaque personne à ses préférences.

Le zeitgeist Mongol

Voyez-vous ce que je veux dire? La bâtisse rose figurant à côté de l’immeuble ultra-moderne est le lieu où l’Opéra officiel de Ulaanbaatar performe depuis 1931.

D’un côté, une architecture soignée où siège une boutique Louis Vuitton et de l’autre une vieille bâtisse érigée durant l’époque où le socialisme faisait figure d’autorité dans le pays. Les premières représentations ont évidemment été slaves (“l’âme russe” enveloppe d’ailleurs la Maison de l’Opéra d’un bout à l’autre). Je peux m’imaginer ce centre culturel affilié à la “Maison du Peuple” faire bonne figure pendant les décennies où il s’est tenu en face de la statue du camarade Staline.

Bien voilà le zeitgeist de la Mongolie que j’ai essayé de capturer durant ma promenade en solo: la nostalgie partout côtoie la modernité. Il est facile pour moi d’observer cette différence de volonté dans l’architecture, car on la sent également chez les gens qui regrettent un temps où la vie était plus simple, mais qui sont à la fois obnubilés par le mode de vie capitaliste et ses icônes.

Il est fascinant de voir des représentations si jeunes du post-socialisme. Rappelons que la Mongolie n’est devenue une démocratie qu’en 1990, soit tout juste avant que je naisse.

Comme je le disais à un ami anthropologue hier, la Mongolie telle que je la vois en ce moment est aussi vieille que moi! Ce à quoi il m’a répondu qu’il est normal de regarder vers l’arrière quand on a si peu d’expérience sur laquelle se reposer lorsqu’il est question de bâtir le futur…

(Suivez le quotidien de Floriane sur son blogue: http://magnifiquemongolie.wordpress.com/)

Floriane Bonneville a 23 ans et termine un baccalauréat spécialisé en littérature anglaise a l’Université Concordia en plus d’animer l’émission «Anglo-Franco-Tango» sur les ondes de CJLO 1690AM.
À Oulan-Bator, elle est bénévole dans une station de télévision et vous présente ce qu’elle voit et entend de cette Mongolie méconnue. 

Un voyage intersidéral avec Google Maps

Il y a 2 ans, le robot Curiosity arrivait sur Mars. Afin de célébrer cet anniversaire, Google Maps vous offre la possibilité de vous promener sur la planète Rouge et sur la Lune!

Pour vous y rendre, visitez le site de Google Maps, mettez vous en mode «Earth», dézoomer au maximum et…choisissez la Lune ou Mars en bas de l’écran!
(Les images proviennent de la Nasa et de l’Agence spatiale européenne.)

Capture d’écran 2014-08-08 à 09.35.30 AM

(Source: 01net)